Les nouvelles

« Revenir à l'archive des nouvelles

14 avril 2015

Élargissons l'accès aux services de psychothérapie

Des centaines de milliers de vies sont ébranlées chaque année par la maladie mentale. Afin de sensibiliser les Québécois à la nécessité de la prise en charge collective de la problématique des troubles mentaux, le Collectif pour l'accès à la psychothérapie (CAP), dont l'AQPS fait partie, a publié le mémoire La psychothérapie : un meilleur accès pour tous par des services assurés.

Près d'un Québécois sur cinq est atteint de troubles mentaux alors que plus de 600 000 personnes reçoivent un diagnostic de troubles anxieux ou de dépression chaque année. On estime également que plus de 3% de la population de 15 ans et plus, soit entre 200 000 et 250 000 personnes, ayant besoin de consulter un service de psychologie ou de psychothérapie n'ont pu le faire faute de moyens financier.

« Les données sont bouleversantes et militent en faveur d'une prise en charge collective de la problématique des troubles mentaux, une avenue d'autant plus réaliste qu'il existe des solutions probantes qui ont fait leur preuve », a indiqué le co-porte-parole du CAP, Michael Sheehan.

En ce sens, le CAP est d'avis que le gouvernement doit adopter une politique de couverture de remboursement des services de psychothérapie en vue d'en augmenter l'accessibilité de façon équitable pour les personnes qui peuvent en bénéficier, selon l'évaluation de leurs besoins. Le mémoire a d'ailleurs été remis au ministre de la Santé et des Services sociaux du Québec.


Les avantages financiers de la psychothérapie

Dans son rapport de 2012, le Commissaire à la santé et au bien-être du Québec a évalué à près de 400 M$ par année les coûts liés à la prestation de service de psychothérapie pour toute personne qui en aurait besoin au Québec, soit autour de 600 000 personnes. Cependant, lorsqu'on considère seulement les personnes de 15 ans et plus qui n'ont pas les moyens financiers ou d'assurance couvrant ses services, les coûts sont inférieurs et peuvent représenter environ 200 M$ par année, relativise le CAP.

De 30% à 50% des absences du travail pour invalidité de longue durée (plus de six mois) seraient attribuables à des troubles mentaux transitoires. En 2007-2008 dans le réseau de la santé, les diagnostics de santé mentale constituaient la principale cause d'absence avec 6,7 millions d'heures en assurance-salaire, soit 42% de toutes les heures. Les coûts d'assurance-salaire étaient de plus de 128 M$, soit 43% de tous les coûts, et représentaient un coût moyen par cas de près de 7 800$. L'intervention précoce chez un jeune qui présente des troubles mentaux courant peut faire économiser plus de 280 000$ en soin au courant de sa vie.


Une solution éprouvée ailleurs dans le monde
L'Angleterre et l'Australie ont adopté des mesures favorisant l'accès accru aux services de psychothérapie financé par le régime public depuis quelques années. Le gouvernement d'Angleterre conclut notamment qu'il réalise des économies au niveau des dépenses dans le réseau de la santé et des prestations en bien-être social ainsi qu'une augmentation des recettes d'impôts sur l'emploi du fait que les personnes puissent retourner au travail.


Revue de presse

La Presse
Le Soleil
Radio-Canada

Documentation complémentaire

Mémoire CAP Accès service psychothérapie



L’Association québécoise de prévention du suicide réunit les organisations et les citoyens qui souhaitent voir diminuer significativement le nombre de décès par suicide au Québec.

Coordonnées :
1135, Grande Allée Ouest – bureau 230
Québec (Québec) G1S 1E7

Liens rapides

Diffusez le message

Commandez du matériel de sensibilisation à diffuser dans votre milieu. Commandez en ligne >>

Suivez-nous sur :

Gardez contact




Soutien financier de : Desjardins Sécurité financière

Réalisation : iXmédia et Zengo